Peau humaine créée en laboratoire : vers la fin des animaux cobayes

Les chercheurs londoniens ont réussi à créer de la peau à partir de cellules souches. Cette innovation pourrait signer la fin de l’utilisation des animaux en laboratoire, autorisés dans 80 % des pays.

Les défenseurs des animaux peuvent se réjouir : des chercheurs du King’s College à Londres ont réussi à créer un échantillon de peau humaine à partir de cellules souches. Tous les rongeurs cobayes pour les tests des cosmétiques et de médicaments pourront bientôt prendre leur retraite.

Fin des animaux-cobayes pour les cosmétiques

Des cellules souches adultes ont permis de développer de l’épiderme, qui servira aux tests en laboratoire. Il correspond chez l’humain à la couche supérieure de la peau et est à la fois imperméable, donc empêche l’eau de s’échapper, protège contre le soleil et est immunologique, ce qui évite une infection de l’organisme par les diverses bactéries.

Le chef de l’équipe de recherche, Dusko Illic, explique à l’International Business Times : « Notre nouvelle méthode pourrait être utilisée pour fabriquer de plus grandes quantités de peau humaine en laboratoire, et être appliquée à grande échelle pour les tests commerciaux demédicaments et cosmétiques ». Des maladies de la peau pourraient aussi être étudiées grâce à cette création. Le chercheur compte s’intéresser en premier lieu à l’eczéma et à la sécheresse cutanée. « Notre nouvelle méthode pourrait être utilisée pour fabriquer de plus grandes quantités de peau humaine en laboratoire, et appliquée à grande échelle pour les tests commerciaux de médicaments et cosmétiques ».

80 % des pays autorisent encore l’expérimentation animale

Troy Seidle, directeur de la recherche au sein de  l’association Humane Society International, a déjà félicité cette innovation. Selon lui, ce nouvel épiderme est de loin plus efficace que « de tuer des lapins, des cochons, des rats ou d’autres animaux en espérant que les tests effectués sur leur peau soient ensuite compatibles avec l’homme ». Il y a quelques semaines, Allo-Médecins vous faisait part des millions d’euros gâché en laboratoires. 80 % des essais médicaux prometteurs sur les rongeurs, s’avèrent inefficaces sur les humains. Avec cette nouvelle technique, ce risque est diminué.

L’association Humane Society souligne que 80 % des pays autorisent encore l’expérimentation animale. Si depuis le début du XXème siècle ils servaient notamment aux tests des vaccins et des médicaments, l’industrie cosmétique fait désormais appel à des lapins, singes, rongeurs et chiens pour ses contrôles dermatologiques et ophtalmologiques. Notons toutefois que depuis 2013, l’Union Européenne interdit l’importation et la vente des ingrédients et produits testés sur des animaux.

L’Oréal, le géant français des cosmétiques, est un des précurseurs des pratiques alternatives. Il en a terminé avec les animaux, son laboratoire basé à Lyon a mis au point Episkin, un épiderme reconstruit grâce à des échantillons de peaux fournis par l’unité de chirurgie esthétique d’une clinique.

L’avantage de la peau artificielle est que les échantillons pourraient être « adaptés afin d’étudier tout un éventail de maladies de la peau et de sensibilités au sein de différentes populations », toujours selon Dusko Illic. Tous les types de peaux seraient enfin pris en compte.

Source:http://www.allo-medecins.fr/actualite/sante-publique/02052014,peau-humaine-creee-en-laboratoire-vers-la-fin-des-animaux-cobayes,370.html

Written by

Comments are closed.